LEÇON 12 : PORNOGRAPHIE = ZOO HUMAIN?

La pornographie est-elle un zoo humain ?

Pourquoi dire humanité quand c’est bestialité qu’il conviendrait de dire si on craignait moins les mots!  Le retour à la bestialité est possible en raison de la désorganisation des mentalités, des crises d’hystéries généralisées, tout cela aggravé par les crises économiques. L’amour suscite l’égoïsme, la crétinerie, la cruauté et la bestialité.

La Voix des Hommes

« Les mots, les sons, le pouvoir, sont les symboles de l’Homme.

C’est ce que nous utilisons pour l’expression.

On ne se sert ni de bâtons, ni de pierres, ni de fusils.

Un de nos messages pour la planète dit :

Rassemblons-nous, sœurs et frères,

Le Temps nous échappe.

Ecoutez la Voix des Hommes, Elle appelle tout le monde.

Cette Voix est pour tous ceux qui l’accepteront… »

——————————————————————–

NON La pornographie n’est point un zoo humain. By MARIE JAMAR

De nos jours, la pornographie est partout. Il y a une explosion de salons de l’érotisme, de sites internet pornographiques, de films pornographiques,…. Selon le site « Tour  du monde de la pornographie »[1], aujourd’hui, il y a entre 100 et 300 millions de sites destinés à la pornographie alors qu’en 1997, il n’y en avait que 22.000.

La pornographie serait une « représentation de choses obscènes »[2]. Cependant, suite à diverses conversations, j’ai pu remarquer que la pornographie n’a pas une définition précise. En effet, il n’y a pas de définition acceptable concernant le concept de pornographie. Selon l’âge, le sexe, la culture, les principes moraux, l’idéologie,… les différents individus ont leur propre représentation de la pornographie.

En se penchant sur l’étymologie grecque du mot pornographie, on remarque que les racines « porne » et « graphein » signifient respectivement « putain » et « écrire », donnant ainsi les « écrits de la prostituée ».

En s’intéressant au monde entier, on remarque que la pornographie est connue et utilisée depuis des siècles et des siècles. Ainsi, les Grecques ont des gravures représentants sur des vases et autres poteries des fellations, sodomies,… De plus, ils ne se cachent pas pour dire que leur mythologie rime très souvent avec libertinage et sexualité. C’est pourquoi, l’acte sexuel fait partie de l’apprentissage des jeunes garçons dans leur scolarité. En ce qui concerne l’Inde, elle peut se venter de posséder le Kama Sutra, livre universel qui indique certaines positions lors de l’acte sexuel et la pratiques du tantrisme pour mieux gérer l’atteinte de l’extase, de l’orgasme.

Pour ce qui est du « zoo humain », ce serait une attitude culturelle ayant prévalu dans les empires coloniaux jusqu’en 1940. Le zoo humain exhibe des individus « présentés comme des objets à un public chez lequel on suscite un sentiment de curiosité, de distance, de supériorité, parfois teinté d’effroi et souvent assorti de moquerie. »[3] C’est ainsi que depuis plusieurs siècles, tant les hommes que les femmes sont exploités dans les cabarets, utilisés dans des expositions et spectacles, se prostituent, donnent leur corps à la photographie, livres de charme, vidéos de charme et à la pornographique.

En ce qui me concerne, il faut relativiser cette question de « zoo humain ». De nos jours, hommes et femmes sont plus libres qu’avant tant au niveau de leur liberté de travail qu’au niveau de la liberté de penser de chacun. De plus, les mentalités ont beaucoup changés, nous sommes dans une société qui a de moins de moins de tabou.

Je pense qu’avant, la pornographie n’était pas vue de la même façon qu’aujourd’hui. En effet, même si la loi belge interdit l’accès à la pornographie et tout ce qui y touche au moins de 18 ans, on sait qu’aujourd’hui celle-ci est largement banalisée par la société. Un adolescent sur deux a généralement déjà regardé un contenu pornographique (livre, site, film), ce qui prouve que les mentalités ont bel et bien changés.

Mais la pornographie est-elle vraiment un zoo humain ? Aujourd’hui, les personnes qui regardent un quelconque contenu pornographique ne le font pas pour juger les personnes qui s’y trouvent mais bien pour prendre du plaisir, s’exciter à la vue de ses images de personnes nues qui font du sexe un spectacle plaisant pour certains et dégoutant pour d’autres. Donc, pour moi, la pornographie n’est nullement un zoo humain car ces sentiments de curiosité, de distance, de supériorité, parfois teinté d’effroi et souvent assorti de moquerie, sont, aujourd’hui, quelque chose d’oublié.

MARIE JAMAR

[1] http://porno.fluctuat.net/cinema/france/100-a-300-millions-sites-de-cul.html

[2] http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/pornographie/

———————————————————————————————

PORNOGRAPHIE, ZOO HUMAIN, EXCITATION ET ERECTION DE LA REFLEXION.

LA PORNOGRAPHIE EST-ELLE UN ZOO HUMAIN ?

by GREGORY ABERI-MOSKA

Zoo, diminutif de parc zoologique est un lieu où sont réunis plusieurs espèces animales. En état de semi-liberté, libre car ils ne sont soumis a aucune contrainte à part celle d’être en captivité, on peut voir le quotidien de chaque espèce animale.

Ici le terme zoo humain, apparu dans les années 2000, définit une attitude culturelle qui a prévalu dans les empires coloniaux jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, d’après Wikipedia. On pouvait voir les habitants de chaque colonie dans leur vie de tout les jours, dans leur lieu de tout les jours tels que « Yourte d’Asie centrale » reconstituées. Cette exposition se faisait par contrat et avait lieu à des rémunérations douteuse. Les exposés étaient la contre leur gré et certains finissaient même leur vie dans ce zoo(par exemple les Indiens Galibi). On remarque ainsi que les visiteurs du zoo entraient dans la profonde intimité des peuples colonisés, dénaturant ainsi leur humanité. Mais nous n’allons pas nous attarder sur ce sujet et dans le vif du sujet. On se demande ici si la pornographie peut être aussi comparé a un zoo humain.

Selon le site Wikipedia, la pornographie est la « représentation complaisante de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique ».

Nous allons ainsi montrer les points communs entre ces deux définitions, qui sont celles de la pornographie et du zoo humain.

Tout d’abord, prenant l’exemple des vidéos à caractère pornographique, communément appelé « Film X », on remarque que l’on entre dans l’intimité des protagonistes. En effet, les actes sexuels sont, souvent aux yeux de tous, des actes personnels, alors qu’ici toute la population a accès à ces images. C’est la même chose dans les zoo humain où les peuples colonisés étaient contraint de renoncer à leur pudeur. De même, pour d’autres personnes les films X sont assez honteux voire bestial. Honteux car les protagonistes font abstraction de leur pudeur et bestial car tout comme des animaux excité dans la rue aux yeux de tous. Le mot bestial montre bien la dimension animale des vidéos tout comme les zoos.

De plus, la pornographie a au cours des années pris de l’ampleur. Maintenant on ne regarde plus mais on agit aussi. La pornographie conduit ici à la prostitution. On pourrait de cette manière citer le Moulins Rouges à Paris au début du XXème siècle et récemment les vitrines en Belgique. Dans ces lieux la prostitution et la pornographie se confondent. Dans les zoos, tout comme dans les zoos humains a l’époque, les gens y vont pour explorer ce pour lequel ils sont venu, les autres espèces dans l’un, et les autres civilisation pour l’autre. Tandis que pour la pornographie les visiteurs font en sorte de « lèches vitrines ». Le point commun ici est le plaisir des yeux. Bien que dans cette pornographie là le client peut aussi aller plus loin. On remarque une atteinte a la dignité.

Nous allons finir par le point qui me semblerai être le plus important, le plus profond, celui de la perte d’une sensation. En effet, tout d’abord dans le cas de la pornographie, l’acte sexuel entre deux personnes est provoqué par un désir amoureux. De nos jours la pornographie met en scène le désir de l’organe génital et plus de la personne elle-même. La notion du désir est désormais absente, la personne devient un objet de consommation, au lieu d’être un être a désirer. La pornographie est partout, télévision, magazines, et consort. Les opposants à la pornographie dénoncent une banalisation de la sexualité dans la société actuelle. Cette sensation de désirer quelqu’un va se perdre par ces images qui ventent les performances et la génitalité.

Par comparaison à la pornographie, il y l’absence de compassion pour le zoo humain.

Le visiteur trouve tout à fait normal de venir voir un autre être humain en captivité. Le malheur des uns fait le bonheur des autres«. La misère du monde est ici banalisée et les autres observent. Il y a atteinte à la dignité et nous en sommes les complices par le simple fait de regarder.

Les élément que revenaient souvent tel que l’atteinte à la dignité, l’atteinte a la pudeur, la banalisation des faits, l’immersion dans l’intimité, font que la pornographie est un véritable zoo humain.

« L’Homme est une ordure, il s’habitue à tout »

Fédor Dostoïevski

————————————————————————————————-

La pornographie est-elle un zoo humain? by Gentiane Dupriez

La pornographie existe depuis des siècles et des siècles, les civilisations grecques ornaient certaines assiettes de dessins représentants les ébats sexuels de couples hétérosexuels et homosexuels, on retrouve parmi les reliques de la chine ancienne des statuettes illustrant les positions qu’ils aimaient à pratiquer.

Aujourd’hui, les moyens de communications ont bien évolué !  Plutôt que des dessins, gravures et sculptures nous avons la possibilité de nous exprimer à travers la photographie et la vidéo, ces avancées technologiques, si elles nous permettent de communiquer de plus en plus facilement, si elle nous donne un accès à la communication de plus en plus aisé ; elles donnent également à la pornographie une autre dimension. Les corps sont exposés, explorés, sans pudeur, sans dimension artistique. La pornographie devient crue, elle Sali ses acteurs, les humilie parfois.

La dimension qu’elles donnent de la sexualité est également tronquée. Faite de brutalité, de pratique extrêmes, elle donne accès à un large public à des expressions de la sexualité d’une brutalité parfois extrême. Les acteurs jouent avec leurs excréments, s’urinent dessus, se frappent. L’humiliation est de mise afin de satisfaire la perversité du public ! On peut voir une femme entourée de soixante-cinq hommes qui devra faire une fellation à chacun d’eux. Des vidéos de professeurs avec leurs élèves en petite jupe à pli. De vieilles femmes avec des hommes à peine pubères.  Que reste-t-il, dès lors, de la dignité humaine ? Les hommes et femmes qui sont exposés dans ces vidéos n’ont plus rien de l’Homme. Ils ne sont plus que chaire, corps exposés et utilisés. Des animaux que l’ont observe, sur lesquels des individus se masturbent.

Et parlons-en, de l’utilisation qui est faite de ces vidéos ! Seul le sexe compte, des corps qui s’entrechoquent des pratiques qui existent certains individus mais qu’importe l’acteur !? Il n’est là que pour baiser ou se faire baiser, pour satisfaire au plaisir de l’autre, il ne compte. Il n’est rien, seul le film compte et le l’excitation qui pourra en venir…

Certains opposeront à ces arguments que les acteurs prennent plaisir dans la pornographie, qu’elle est une manière d’expression comme une autre, que les acteurs choisissent et sont payés. Ne prennent-ils pas un certain plaisir d’ailleurs à être exposé de la sorte, à jouer avec leurs corps, à les utiliser selon leurs grès sans avoir à se soucier du jugement des gens « biens pensants » ? P

Peut-être, peut-être….Mais reste que l’utilisation qui sera faite de leurs film n’est absolument pas contrôlée. Internent donne un accès au porno de plus en plus libre. Les vidéos sont disponible gratuitement, à tout utilisateur. Quelque soit son âge, son sexe, son équilibre mental. Pas de droit de d’auteur, pas de droit sur l’image. Pas de droit du tout. Une exploitation sans merci.

La pornographie fait-elle office de nouveaux zoos humains ? Si l’on considère les zoos humains comme des lieux de perdition de l’Homme, des lieux de non-droit où un semblant de consentement s’est installé afin de faire fermer les yeux au monde entier, des lieux dans lesquels le respect n’est plus de mise mais l’humiliation est devenue la norme, alors oui, la pornographie est un zoo humain. Un zoo dans lequel sont exposés des hommes pour la distraction d’autres hommes, un zoo dans lesquels hommes et femmes ne sont plus rien que l’expression de leur sexualité dans ce qu’elle a de plus bas.

Outre cela, la pornographie biaise la sexualité, elle en donne une image salissante pour l’homme et la femme, lui enlève ce qu’elle a de plus beau. La sexualité n’est plus dès lors l’expression de l’amour mais un jeu de sexe dans lequel rien ne compte, que l’excitation du spectateur. Et surtout pas la dignité humaine.

Gentiane Dupriez

————————————————————————————————————

LA PORNOGRAPHIE EST ELLE UN ZOO HUMAIN ? By Anemone de Neef

La question ici est de savoir si la pornographie est un lieu d’exposition de personnes pour satisfaire à la curiosité d’autrui comme dans les zoos humains mis en  place dans certains pays durant les 18èmes et 19èmes siècles.

Entrons dans le vif du sujet. Selon le dictionnaire Larousse, la pornographie est « la présence de détails obscènes dans certaines œuvres littéraires ou artistiques ; publications, spectacles, photos, etc., obscènes ». Si nous savons tous ce que sont les zoos, nous ne savons pas tous ce qu’étaient les zoos humains. En tout cas je l’ignorais jusqu’à la visualisation du documentaire de Pascal BLANCHARD qui relate l’apparition de ces zoos en Europe aux Etats Unis et en Afrique du Sud. Selon l’auteur et acteur Pierre Elie FERRIER, plus couramment connu sous le nom de Pef, le zoo est une « sorte de prison dans laquelle on place les animaux pour que les humains puissent les voir de près ». Les zoos humains quant à eux, mettent en scène les populations différentes des occidentaux qui de fait sont déclarées comme étant « exotiques ». Ces gens sont considérés comme sauvages et à éduquer surtout dans le contexte de colonisation qui régnait à l’époque. Moi-même étant issue d’une ancienne colonie, j’ai été excédée et j’ai éprouvé beaucoup de colère à la vue de ce documentaire. Ce genre de films fait jaillir les blessures profondes, mais toujours apparentes de l’esclavage et du colonialisme, qui sont des sujets très sérieux. De ce fait, comparer la pornographie, qui est un sujet trivial à ces zoos humains me semble inapproprié. Rappelons que la pornographie est réservée à une classe de la population censée être adulte (de plus de 18 ans). Cela consiste en des récits, des films ou photos qui mettent en scène la sexualité d’autres personnes. La vocation première de la pornographie est de divertir. L’actrice Tiffany Hopkins la définit comme « avant tout un objet de divertissement qui a pour finalité la masturbation ».Et cela prend tout son sens  concernant les routiers qui passent beaucoup de temps seuls, ainsi que dans l’univers carcéral. Certaines personnes considèrent cela comme un outil pédagogique, car en absence de discussions ouvertes sur la sexualité, certaines personnes ne trouvent que ce moyen pour s’informer à propos de la réalité de l’acte sexuel quoi qu’un peu exagérée dans ces films. Après tout, c’est juste la mise en scène de la sexualité des autres cela est cru et souvent vulgaire, mais c’est le reflet de la sexualité de tout à chacun, les gros plans en plus et les dialogues en moins. Pour l’auteur André BRETON, la pornographie « c’est l’érotisme des autres ». La où le danger persiste, c’est lorsque des personnes non averties telles que les enfants y sont confrontées (ce qui est de plus en plus coutume à l’heure actuelle) et quand les enfants en sont les victimes dans la pédopornographie.

Je peux cependant comprendre pourquoi cet amalgame entre pornographie et zoos humains peut être fait. En effet, les expositions mettaient en scène des acteurs rémunérés. Même si cette rémunération n’était que substantielle ou symbolique, ils jouaient bel et bien le jeu et permettait l’enrichissement des impresarios et autres organisateurs de ces expositions de l’époque. La pornographie elle aussi est une manne financière pour les pays même si elle est et à toujours été critiquée, selon le site wikipédia un site pornographique peut gagner entre 10 000 et 15 000 dollars chaque jour. Mis à part le coté financier, les deux exposent des gens dans une espèce de pseudo réalité où on ne montre pas la personne dans son entièreté mais on fait abstraction de tout détail superflu que le public ne veut pas connaître. Dans les zoos les occidentaux cherchent à voir de l’exotique, de la différence ca ne les intéresserait pas de voir des « nègres » parler un français parfait. De même que la pornographie à juste pour but de montrer du sexe cru. Les gens qui regardent ces films ou ces photos ne veulent pas de grande romance, ni d’histoire dramatique, et on leur donne ceux qui veulent. Les deux réalisent les fantasmes d’autrui. Ces populations venues d’ailleurs mettaient en pratique l’imagination des occidentaux, la pornographie réalise les fantasmes de tout un chacun (ou tente de s’en rapprocher).

En conclusion, les zoos humains et la pornographie mettent en scène des personnes qui jouent un rôle. Même si cela peut être critiquable ou dégradant pour l’opinion publique. La pornographie est un métier  et représente un choix de carrière pour certaines personnes. Cependant, même si les gens qui y participaient étaient volontaires, les zoos humains ont laissé des cicatrices trop grandes, et les séquelles de ces expositions vont jusqu’à la façon dont les étrangers et les noirs en particulier sont perçus et traités jusqu’à présent dans les pays développés. Donc je pense qu’un tel sujet n’est pas à mettre au regard d’un thème aussi léger que la pornographie.

Anémone DE NEEF

————————————————————————————————-

PORNOGRAPHIE ET ZOO HUMAIN? By Rachel Kinuani

La plupart d’entre nous serons étonnés de l’emploi des mots pornographie et  zoo humain dans la même phrase. En effet, le terme pornographie, nous fait penser à une représentation d’actes sexuels dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique .Mais auprès, du grand public, la première idée est celle des films érotiques même si l’on peut retrouver des œuvres littéraires ou autres œuvres artistiques  à caractère pornographique tandis que le mot zoo humain désigne une attitude culturelle qui a prévalu, il y a de cela un  siècle et qui était appliquée par les pays  européens pour légitimer leur désir de colonisation et  approuver  le besoin de supériorité de la race blanche et donc  ainsi à promouvoir du racisme. Comme, je le disais, de premier abord, nous n’avons pas l’impression qui existe un lien quelconque entre ces deux notions. Cependant, tâchons de voir si réellement ces 2 termes  ne trouvent pas convergence  quelque part. Se basant sur le documentaire  de Arte tv‘‘ ZOO HUMAIN,AFROMOVIES’’ et après avoir fait quelques recherches sur internet, nous remarquons que le zoo humain était une pratique raciste visant à rabaisser les peuples dit ‘sauvages’ par la race blanche pour le simple fait qu’ils étaient différents et n’avaient pas la culture européenne. Dans  ces zoo humains, les blancs exposaient  les autres peuples telles des bêtes de cirque dans des cages ou les laissant à des jeux qui avaient pour seul but de les assujettir ,citons comme exemple de ces jeux humiliants , le lancée de pièce de monnaie dans l’eau que les enfants  noirs devraient aller chercher tel un petit chien qu’on envoie aller chercher un os pour amuser les blancs circulant dans leurs pirogues. Ces zoo humains  créaient auprès du public un sentiment de pitié, mépris, dégout ou encore  supériorité à l’égard de leurs semblables qu’ils considéraient pourtant si différents et si inférieures. Mais aussi, ces Zoo Humains ont rapporté énormément d’argent à leurs concepteurs et ont pu justifier le désir de colonisation qui a conduit à  de vols considérables de richesses  des colonies de la part de métropoles. La pornographie met évidence les actes obscènes, à conation sexuels dans les œuvres artistiques que ce soit littéraire, cinématographique…Cependant, sa forme la plus populaire est  les films pornographiques car plus frappants car ce sont les hommes qui en sont les acteurs. Dans ces films, l’on nous proposent des hommes et des femmes se livrant à des pratiques  sexuelles  de tout genre dans sa forme la plus sauvage comme on pourrait le dire le ‘’sexe pour le sexe’’, sortant du cadre où l’homme en tant qu’être aimé ou aimant voudrait partager son intimité avec un être cher, choisi. En plus, ses ébats sexuels sont pour l’amusement du grand public comme si ces hommes n’avaient aucun amour propre et livrant ainsi leur intimité à qui le voulait. En expliquant ces 2 notions, nous pouvons comprendre qu’en effet, la pornographie et le Zoo humain trouvent des points de convergence. En effet, dans le Zoo humain comme dans la pornographie, l’homme est réduit à son état d’animal. Dans le premier cas, considéré comme inférieur par rapport à  l’homme blanc ,l’homme dit ‘sauvage’ se voit placer dans des cages  ou derrière des grilles tel un animal féroce pour être soumis à l’observation de spectateurs et dans le cas de la pornographie, ce n’est pas tant sur le plan du lieu où se tourne ces films pornographiques mais surtout ce qu’on y fait  qui nous pousse à croire que l’homme en est réduit à son état d’animal. En effet, je suppose que pour qu’un homme comme toi et moi ,s’adonne à de telles pratiques pour un divertissement d’un public, je suppose qu’il doit faire abstraction de sa honte, sa gêne, sa pudeur , son éthique…et ne mettre en avant que son plaisir, ce qui me fait penser  à l’appellation ’’bêtes de sexe’’ qu’on attribue aux acteurs X. Néanmoins, je respecte les personnes qui ont choisi ce chemin comme gagne pain de part leur propre volonté et qui assument leurs actes .cependant, malheureusement

à l’image de ces européens qui allaient chercher les noirs en Afrique, les indiens en Amérique… sans  tenir compte de leurs avis  pour alimenter leurs zoo humains, les proxénètes vont recruter les filles(mineures  d’âge parfois)  ne pouvant généralement  pas se défendre surtout dans les pays en voie de développement où les droits humains ne sont pas respectés par tous pour qu’elles s’adonnent  à la prostitution et qu’ensuite elles utilisent pour des œuvres  à caractère pornographique. Certes, c’est un peu exagéré et fort de comparer la pornographie au zoo humain néanmoins, l’on a pu remarqué que dans la pornographie ,l’homme est réduit à son état d’animal obéissant à ses pulsions sexuelles ou  encore à l’appât du gain, laissant sa nature animale l’emportait sur la raison qui nous impose une manière d’être en société et nous procure une certaine éthique. Evidemment, les acteurs X ne sont pas inférieurs aux autres hommes , seulement, je pense que pour exercer ce métier, ils font sortir l’instinct d’animal qui existe en chacun de nous.

RACHEL KINUANI

————————————————————————

Ce qui caractérise toutes les perversions, c’est qu’elles méconnaissent le but essentiel de la sexualité, c’est-à-dire la

procréation.  Sigmund Freud

————————————————————————————-

La pornographie est-elle un zoo humain ?

 

Loin de vouloir dramatiser les méfaits de la pornographie, la réponse qui me vient le plus spontanément à l’esprit est un grand oui. Oui, la pornographie est comparable à un zoo humain. Dans les zoos humains comme dans les films pornographiques, il s’agit de mimer des actes de la vie quotidienne qui se retrouvent dénués de leur sens profond. L’objectif du zoo humain est de créer un spectacle divertissant, mettant en scène des individus qui reproduisent des gestes pouvant revêtir un sens sacré pour le plaisir du spectateur qui les observe. C’est pareil pour la pornographie, même s’il faut bien reconnaître que les acteurs de films X ne vivent pas dans des conditions matérielles aussi précaires que les individus qui  furent parqués dans les expositions universelles et dont beaucoup y laissèrent la vie[1] il n’en reste pas moins que les acteurs de l’industrie pornographique se déshumanisent en reproduisant mécaniquement des actes normalement chargés de sens, pour un « public avide de sensations ».

 

Quand on parle de pornographie aujourd’hui, chacun d’entre nous a une image claire de ce dont on parle. En effet, qui n’a pas déjà ouvert un message indésirable[2] dans sa messagerie électronique pour se retrouver face à un gros plan d’une photographie représentant une femme nue dans une position lascive ou d’un pénis en érection ? Le dictionnaire Larousse aura beau décrire la pornographie comme « la représentation complaisante de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre littéraire, artistique ou cinématographique », il ne trompe personne. Qui peut vraiment parler d’œuvre artistique en parlant de pornographie aujourd’hui? Je pense qu’il est important de différencier l’érotique qui s’apparente, lui, à l’amour sexuel et qui n’a rien à voir avec la brutalité des représentations obscènes du pornographique.

 

Lorsqu’on fait référence au livre du Kâma-Sûtra, par exemple, ce serait une erreur que de le classer dans la catégorie du pornographique. Il s’agit d’un ouvrage érotique qui se voulait être un guide pour une vie harmonieuse dans le couple et pour atteindre le divin par l’union sacrée de deux êtres. Le chapitre réservé à la description des 64 positions sexuelles qui l’ont rendu si célèbre, ne représente qu’une infime partie de l’œuvre.  Si on accepte qu’il s’agisse d’un guide sur l’amour et sur les relations sexuelles, il devient nécessaire, selon moi, de ne pas le confondre avec de la pornographie. Il en est de même pour le tantrisme qui est un courant philosophique qui considère l’union sacrée du féminin et du masculin comme un moyen d’atteindre le divin, par la création d’énergie.

Cela n’a rien à voir avec la reproduction mécanique et dénuée de sens de gestes obscènes qu’on retrouve dans certains bars de strip tease ou arrière-boutiques de sex shop. Là, pour une poignée d’euros, il est possible aujourd’hui d’aller observer des femmes et des transsexuels qui sont prêts à se déshabiller, à mimer l’acte sexuel et à se masturber en échange d’une poignée d’euros. Certes, on ne visite pas ces endroits en famille, comme on visitait les zoos humains au siècle dernier. Il ne s’agit certainement pas d’un spectacle familial. Cependant il s’agit bien d’un spectacle qui fait appel aux instincts les plus bas de l’être humain. On y mime et feint des gestes qui appartiennent à la vie quotidienne ou au sacré, en les vidant de leur sens profond.

 

Anne Wetsi MPOMA

 

Références :

  • http://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/BANCEL/14145 à Ces zoos humains de la République Coloniale par Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire
  • Le petit Larousse illustré, 1992 à Pornographie, tantrisme, érotique
  • WikipediaàKâmasûtra, tantrisme

 


[1] Comme, par exemple, lors de l’exposition universelle de Bruxelles en 1897, où l’on installa une expédition de 200 Congolais au parc de Tervuren. Certains de ses individus sont morts de froid ou de maladie et se sont retrouvés enterrés à la hâte dans une fosse commune sous l’actuel Palais des Colonies.

[2] Message indésirable dans le sens de publicité intempestive (spam).

————————————————————————————

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :