Nabuchodonosor, Roi de Babylone. By Melka Uda Hammourabi

13 06 2011

Nabuchodonosor II, (v. 630 av. J.-C. – 562 av. J.-C.) était le roi de Babylone entre 605 av. J.-C. et 562 av. J.-C.. Il doit sa renommée au fait qu’il a régné sur le plus vaste empire qu’ait dominé Babylone, ville où il a fait ériger de nombreux monuments. Il est passé à la postérité dans la tradition occidentale suite à la conquête de Jérusalem et du royaume de Juda, qui est relatée dans la Bible.

L’image que Nabuchodonosor II a laissée dans la culture juive et chrétienne au travers de la Bible est souvent négative, du fait des sièges de Jérusalem et de la déportation des Juifs en Babylonie qu’il a organisé. Mais il apparaît aussi comme l’instrument de Dieu, un de ceux qui connaît Dieu, et qui accomplit sa volonté en étendant son empire.

Par son importance politique et culturelle, Babylone a durablement marqué les esprits et est devenu un élément présent dans l’imaginaire et les mythes de plusieurs civilisations, même longtemps après sa chute. Les récits relatifs à cette ville, difficilement dissociables de la trajectoire du royaume dont elle était la capitale, se sont avant tout concentrés sur son statut de ville aux proportions gigantesques et aux monuments édifiants, mais aussi de façon plus négative sur son orgueil et ses péchés.

L’occident est aujourd’hui une continuation directe du pouvoir de ces empires qui ont dominé le monde chacun à leur période. C’est la suite du combat entre Abel le nomade, et Caïn le sédentaire qui construit des villes pour se mettre à l’abri de la nature qui lui est hostile depuis qu’il a tué son frère.

Elle est le symbole du nouveau milieu que l’homme se construit pour se protéger de la nature, hostile depuis le meurtre d’Abel. Ce nouveau milieu est une tentative de l’homme d’échapper à Dieu, mais devient le moyen de la puissance que l’homme exerce sur l’homme, une nouvelle forme d’oppression.

Gloire aux descendants des tribus d’Israël, et l’Éthiopie est Zion. Le salut pour l’Afrique consiste à sortir de Babylone vers l’Ethiopie et de retrouver son identité.

Melka Uda Hammourabi

Publicités