LE GÉNOCIDE RWANDAIS. by LA FRANCE.

9 04 2011

Pour fêter le 17ème impuniversaire des élites françaises impliquées dans l’extermination d’un million de rwandais désignés comme Tutsi ou opposants, le collectif Génocide Made In France vous offre une chanson et un clip à diffuser sans modération.

Ils  espérent ainsi pouvoir rendre hommage et contribuer à la notoriété de ces acteurs français du génocide de 1994, afin que leur
talent tout comme « le savoir faire français en terme de maintien de l’ordre  » sur le continent africain, soient enfin mis en lumière.

En effet, les petites mains françaises du génocide des Tutsi, probablement trop humbles et modestes, se refusent encore a assumer leur engagement au côté des exterminateurs, allant même pour certains, jusqu’à évoquer des « erreurs ». Ho les vilains ! Tout a pourtant été parfaitement accompli, non ? Et encore, avec une préparation, un sang froid et une détermination exemplaires ! A moins que les « erreurs » évoquées ne se réfèrent à la survie de certains Tutsi et à la déroute de nos amis exterminateurs que nous avons du exfiltrer in extremis. Mais là encore, nous pouvons nous enorgueillir d’avoir accompli une mission qu’aucun autre pays n’aurait pu mener ni même seulement imaginer…

Alors, qu’on se le dise : coco-ri-co-génocidaire ! La France reste le leader des massacres de masse sur les terres africaines !





LA COLONISATION HUMANITAIRE. BY LEOPOLD II

9 04 2011

Dans son ouvrage De iure belli ac pacis (1625), Hugo Grotius avait déjà abordé la possibilité d’intervenir dans le cas où un tyran commettrait des actes abominables.

L’idée d’aller dans un pays étranger pour y « aider » la population est ancienne : au xix eme siècle, on parlait alors « d’intervention d’humanité ». Les Européens appelaient ainsi leurs actions pour aller, officiellement, sauver les chrétiens vivants en Turquie, mais officieusement, pour déstabiliser le Sultan de Turquie, Abdülhamid II. Au nom de cette « intervention d’humanité », des « atrocités » furent invoquées.

Hugo Grotius (de son nom d’origine Huig de Groot ou Hugo de Groot (Delft, 10 avril 1583- Rostock, 28 août 1645), est un juriste des Provinces Unies (aujourd’hui Pays-Bas) qui posa les fondations du droit international, fondé sur le droit naturel. Il se situe au tout premier rang des penseurs de la science juridique et de la philosophie de l’État.

Avocat protestant hollandais, il a été conseillé de la compagnie néerlandaise des Indes orientales. Inspiré par Thomas Erastus, il a forgé une théorie de l’État et de la puissance civile dont il a présenté avec minutie et beaucoup de vigueur intellectuelle les articulations internes et internationales. Son œuvre la plus célèbre est De jure belli ac pacis. Elle marque la naissance du droit international public.

Il fut aussi philosophe, apologiste chrétien, dramaturge, et poète. Le trait dominant de ce grand humaniste fut une volonté œcuménique d’enquête qui ne lui laissa aucun répit. Il n’a pas cessé de militer pour un ordre authentiquement humain et pour une chrétienté ouverte, purifiée par un retour à ses sources.

La Bibliothèque du Palais de la Paix à La Haye garde la Collection Grotius, qui possède un grand nombre de livres de et sur Hugo Grotius. La collection était fondée sur une donation de Martinus Nijhoff de 55 éditions de De jure belli ac pacis libri tres.

La Société américaine de droit international a tenu une série annuelle de Conférences sur Grotius depuis 1999.