UN INCENDIE. by Juste SINDIHEBURA

1 06 2010

UN INCENDIE
Juste SINDIHEBURA

Liège BELGIQUE

Notre continent est en proie à un incendie. Une branche s’est embrasée, il y a déjà des siècles et voilà qu’aujourd’hui tout le continent brûle. Etait-il bien intentionné cet homme que nous avons accueilli bon gré mal gré ? Croyait-il nous vouloir du bien à nous, gens à la peau et mœurs bien étranges et donc bien à changer ? Un incendie ! Voilà ce qu’il nous a laissé avant de repartir. Il a foulé de ses propres pieds des millénaires d’histoire et de civilisation mais en a fait que peu de cas ! Usant de sa force et de sa ruse, il a réduit le peuple qu’il l’accueillait en esclave, en colonisé, en exploité ! Nous l’avons accueilli (ou il nous a forcés) et de nos maisons, de notre sol, il en a fait son grenier à grain, sa réserve personnelle et exclusive… Derrière son passage, le doute, les rancœurs, la misère se sont chargés du reste. Mais, ne me jugez pas mal ! Parmi ces hommes, j’ai des amis et des frères. Mais, parmi les mêmes hommes il y a également des fourbes et des tyrans.

Un incendie a été allumé par une personne que nous avons accueillie. Mais, mes frères, avant de chercher le coupable et d’exiger de lui réparation, éteignons d’abord l’incendie qui ravage notre maison. Et comme les pyromanes ne sont pas les meilleurs pompiers, n’appelons, donc, plus ce voisin, celui qui continue de nous exploiter sans regrets, celui qui continue de mettre un peu d’huile sur ce feu, pour nous aider à l’éteindre. Lorsque nous l’aurons éteint alors il sera temps de réclamer justice.

Réclamer justice ? A qui ? Cet homme qui a mis le feu à la maison de son hôte, certes, il faudra exiger de lui qu’il reconstruise ce qu’il a détruit ! Mais, ces africains farcis d’ingratitude – oui ! parmi nos propres frères noirs, certains ont oublié que l’Afrique les a aimés, nourris et logés durant des millénaires – ces ingrats d’hier mais également d’aujourd’hui (suivez mon regard) devront répondre devant les cendres de l’Afrique et les pleurs de ses enfants !

Dans le temps, les anciens aimaient discuter avec les jeunes. Ils disaient que c’est en eux qu’ils puisaient leur sagesse. Si donc, nous, la jeunesse du monde nous réunissons pour parler de notre Histoire – je devrais plutôt dire : pour confronter ce que chacun a appris de l’Histoire – alors, non seulement nous nous enrichirons, mais également ce sera une contribution aux efforts pour éteindre l’Afrique en feu.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :