DE L’INDÉPENDANCE DU CONGO A L’INDÉPENDANCE DE LA FLANDRE, REGARDS CROISES SUR LA BELGIQUE IMPÉRIALE. By ANEMONE DE NEEF

28 05 2010

DE L’INDÉPENDANCE DU CONGO A L’INDÉPENDANCE DE LA FLANDRE, REGARDS CROISES SUR LA BELGIQUE IMPÉRIALE

5O ans après  l’indépendance du Congo,(pays de l’Afrique  centrale et ancienne colonie belge) , et 50 ans après la Wallonie flamboyante de son économie tournée vers le charbon et l’acier, bref passage en revue de la Belgique de l’après Congo et de l’avant scissure éventuelle.

En effet, la Flandre, l’une des régions de la Belgique  souhaite la scission de BHV pour Bruxelles-Hal-Vilvorde, et selon les informations obtenues sur internet et après le visionnage de certaines émissions  passées sur des chaines francophones, nous constatons que la Flandre en réclamant cette scission, laisse paraitre un désir assumé d’indépendance. Mais qu’est ce que cette situation nous démontré-t-elle ? Faudra t il envisager  bientôt  la fin du Royaume de Belgique ? Existe-t-il  encore un espoir pour que les francophones et les néerlandophones, les 2 principales communautés linguistiques de la Belgique (sans oublier la communauté germanophone minoritaire) vivent ensembles?                 Depuis, la perte de la République du Congo par la Belgique, lors de son indépendance le 30 Juin 1960, le Royaume de Belgique s’est sorti  un peu  affaiblie de cette lutte qu’ont mené les congolais pour conquérir leur liberté  et surtout de la perte de cette mine d’or (c’est peu de le dire), qu’était le Congo pour la Belgique. En effet, depuis la conférence de Berlin en 1885 convoquée par le Chancelier allemand Otton Von  Bismarck,  la Belgique reçut comme colonie le Congo qui était d’abord une propriété privée du roi belge, Léopold II  de 1885 à 1908. Pus tard, il décida de  le confier au royaume de Belgique pour son administration après quelques soucis financiers qu’il ne pouvait plus honorer. Depuis, le Congo constituait pour la Belgique, une réserve des matières premières, car, le Congo  regorge d’abondantes richesses minières telles l’or, le cobalt, le cuivre… La Belgique pouvait en effet, exploiter comme elle voulait les différentes richesses. Sans oublier la main d’œuvre que les congolais constituaient pour la Belgique notamment son armée qui apportait son soutien aux belges lors des différentes guerres de l’époque (1ère et 2ème guerres mondiales…).                                     Après cette perte du Congo, il est juste de se demander si le Royaume de Belgique pourrait résister à une autre perte, notamment celle de sa la région flamande qui est une part financière mais aussi culturelle de ce pays. En discutant avec de jeunes flamands, on se rend compte que dans l’opinion publique flamande, les gens ont l’impression de beaucoup dépenser pour la Wallonie et donc ceux-ci sont prêts à mettre fin à cette situation. Mais dans ce cas qu’arrivera-t-il à la monarchie ? Y a-t-il moyen que cette situation n’aille  pas jusqu’à une scission complète du pays ; qui rappelons nous est déjà limité en superficie? En tout cas il est clair que  si la Belgique souhaite se sortir de cette situation, il faudra  que les hommes politiques belges se comportent comme de véritables nationalistes en privilégiant l’intérêt de ce royaume plutôt que celui de leurs communautés respectives! Il faudra aussi que la population se montre unie et fasse bloque ce qui n’est pas vraiment le cas, vu  la dernière manifestation en faveur de l’unification de la Belgique, qui n’avait pas su réunir beaucoup de participants. Mais depuis la chute de la sidérurgie en Wallonie, les flamands ont l’impression d’être floués et de payer pour la « pauvreté » de leurs voisins.                                                                         La communauté européenne et même le reste du monde ne comprennent  pas qu’à l’heure où les pays européens s’unissent pour former un bloc solide afin de lutter d’une part contre la crise économique qui sévit actuellement, et d’autre part contre la concurrence du dollar américain et  de la Chine,  qu’un petit  pays comme la Belgique du point de vue de sa superficie  veuille se diviser .70 ans plus tôt, avec une Belgique impériale forte ,on ne parlait pas de l’indépendance du Congo et encore moins de celle de  la Flandre mais aujourd’hui ,l’indépendance du Congo est chose faite et celle de la Flandre est devenue une situation presque envisageable. Quoiqu’il en soit ces disputes incessantes entre wallons et flamands passent pour des disputes conjugales comparé au viol mental et territorial qu’a constitué la colonisation dans de nombreux pays dont le Congo.

ANEMONE DE NEEF





LES HUTUS, LES FLAMANDS, LES WALLONS ET LES TUTSIS. By Yves Leterme

28 05 2010


DE L’INDEPENDANCE DU RWANDA A L’INDEPENDANCE DE LA FLANDRE.

REGARDS CROISES SUR LA BELGIQUE IMPERIALE.

« Savez-vous comment on appelle aussi la RTBF? Radio Mille Collines »

La RTBF est une chaîne qui dispose de son propre agenda politique, c’est un vestige du passé, a déclaré samedi l’ancien formateur Yves Leterme dans un entretien accordé aux quotidiens Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen.

Dans cette interview, M. Leterme affirme également que la RTBF est aussi appelée « Radio Mille Collines », faisant ainsi référence à la radio du même nom, qui émettait au Rwanda en 1993 et 1994 pendant le génocide, appelant notamment aux actes de violence envers les Tutsis. « Savez-vous comment on appelle aussi la RTBF? Radio Mille Collines », déclare Yves Leterme au journaliste qui l’interroge.

L’Eglise et le génocide au Rwanda : plus que complice
« Le Rwanda-Urundi constitue la région où l’évangélisation est la plus
avancée. Les chefs sont en majorité catholiques, le clergé local
abondant, surtout au Rwanda. L’ensemble nous offre le joyau de
l’Afrique. »
(Histoire universelle des missions catholiques, t.4, Grund, Paris, 1958, page 167).