LE BIEN FONDE DE LA VIRGINITE AVANT LE MARIAGE. de Anémone De Neef

8 04 2010

LE BIEN FONDE DE LA VIRGINITE AVANT LE MARIAGE

Autrement dit, est-ce conforme de se priver de relations sexuelles avant de se marier. Dans un premier temps je m’interrogerai sur les raisons pour lesquelles on peut légitimer ce choix. Ensuite, je poserai la question de l’abstinence. Enfin, viendra la question du mariage dans la société actuelle.

Est-ce conforme de s’abstenir avant le mariage ? On pourrait se demander au nom de quoi ce serait conforme. Serait-ce une conformité religieuse ? Ou alors morale ? Même si toutes les religions ne l’abordent pas de la même façon, la majorité des religions prônent la pureté des deux fiancés avant le mariage. (À noter que le pucelage masculin étant plus difficile à prouver, on fait plus souvent référence à la femme.) Si la légitimité religieuse est celle à laquelle on pense le plus souvent, certaines personnes (hommes et femmes confondus) voient l’acte charnel comme une offrande à celui que l’on aime. Dès lors, ils se préservent afin de l’offrir à « l’unique » personne. Pour ma part, malgré la noblesse de cet engagement il me semble difficile à respecter vues toutes les images auxquelles nous sommes exposés dans notre société. Car s’ils doivent combattre les informations auxquelles ils sont soumis, il faut aussi faire face à l’influence de ses proches qui ne comprennent pas toujours ce choix. Mais en tant qu’êtres humains qu’en est-t-il de leurs propres pulsions ?

En effet, si la virginité implique une absence de pénétration sexuelle elle n’est pas nécessairement synonyme d’absence de tout acte intime. Anatomiquement, la virginité chez la femme se caractérise par la présence à l’entrée du vagin d’une fine membrane appelée hymen.

Cet hymen se rompt lors du premier rapport sexuel. Il est important de mentionner le fait que l’hymen peut se rompre en l’absence de rapport sexuel par la pratique de sports tels que l’équitation ou la gymnastique. Il persiste dans certaines familles islamiques la cérémonie du drap, durant laquelle après le premier rapport sexuelle le drap des époux doit être taché du sang de la jeune mariée qui aurait perdu sa virginité .Si on s’attache à cela les filles qui ont rompu leur hymen sans pour autant avoir eu de rapports sexuels doivent elles être déshonorées ? De plus, la femme n’est pas forcée de saigner à son premier rapport cela ne signifie pas pour autant qu’elle a désobéit. Il y a quelques années est apparue une nouvelle pratique médicale qui est la reconstruction de l’hymen ou hyménorraphie. D’après le département conseil sur la chirurgie esthétique, cela consisterait à rassembler et suturer les restes de l’hymen ou de placer une membrane artificielle selon la situation. Le fait que de nombreuses femmes y aient de plus en plus recours, met en évidence le déchirement de la femme sexuellement active en accord avec ses désirs, mais qui doit, en vertu de la tradition, se présenter vierge à son mariage. Quant à ceux qui s’abstiennent par conviction (religieuse ou personnelle) on peut se demander si cela les abstient aussi de tout désir  ou de toute rencontre, dès lors comment trouver le bon ?

Cela m’amène à mon dernier point qui est l’institution du mariage. Le mariage reste pour la plupart d’entre nous quelque chose de sacré que l’on espère ne réaliser qu’avec une seule personne. Il faut bien se rendre compte que les progrès de la médecine on considérablement augmenté notre espérance de vie. Si auparavant les jeunes étaient mariés dès l’âge de 15 ans, ce n’est plus le cas de nos jours chacun cherchant à faire des études, voyager et profiter avant de se marier. De plus, les mariages étant arrangés, le problème des exigences personnelles (de plus en plus grandes), et des choix ne se posait pas. A l’heure actuelle le nombre de célibataires est de 100 millions dans le monde, et était d’environ 1.5 millions en Belgique en 200 selon les chiffres de la DH (le journal la « dernière heure »). Alors comment être sur de trouver « le bon » du premier coup .Une enquête européenne a établi à 30% le nombre de célibataires belges persuadés de trouver la bonne personne avant la fin de l’année 2009. Néanmoins, même si le sujet n’est pas souvent abordé et plus souvent occulté par les personnes concernées, l’abstinence avant le mariage peut entrainer la virginité tardive. En effet, il existe bon nombre de personnes qui attendaient le bon, mais qui a 40 ans n’ont toujours pas trouvé.

Je conclurai par le fait que la virginité avant le mariage est une chose qui a plus de chance d’être respectée si elle n’est pas imposée. C’est une décision qui est prise jusqu’à présent même si elle se heurte à notre mode de vie actuelle. Cependant, je tiens quand même à rassurer les personnes qui s’engagent sur cette voix pavée d’obstacles de toutes sortes. Selon un médecin gynécologue professeur à l’université de Liège, la virginité tardive n’est en aucun cas pathologique. De ce fait, elle n’entraine aucun trouble physiologique, même si à mon avis, elle va à l’encontre de notre fonction primaire de reproduction.

Anémone De Neef, Liege, Belgique

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :