LE TEXTE DE LA SEMAINE

25 08 2008

 

LA POLYGAMIE
Eddy JIMBERE

Bujumbura (Burundi)

(in Leçon 6 polygamie ou monogamie, que souhaitez-vous à la famille africaine de demain ?)

La polygamie est pour un individu le fait d’avoir plusieurs conjoints (déf : Wikipedia), ceci peut être une femme ayant plusieurs maris, polyandrie ou un homme ayant plusieurs femmes, dans ce cas on parle de polygynie.
Les cas de polygynie sont les plus fréquents et ceci surtout dans les pays/milieux islamiques où elle est légale.

Dans le temps, la polygynie était considérée comme une marque de puissance et de prospérité. Par exemple, dans les sociétés africaines de naguère, un homme ayant beaucoup de femmes, et de ce fait d’enfants, suscitait le respect et était élevé au rang de sages au sein de la communauté.

De nos jours, les circonstances de la vie moderne en Afrique, en particulier et partout ailleurs, ne le permettent pas; le coût et la qualité de vie ont sensiblement changé, la polygamie commence à être fortement découragée même si ce phénomène de lutte n’est pas si bien acclamé par tout le monde.
La polygamie constitue un luxe que peu de personnes peuvent réellement s’offrir, et surtout dans les régions où elle était répandue naguère, c’est-à-dire dans les pays du Tiers Monde. Elle est source de beaucoup de maux dans la société notamment :

– La propagation du Sida : le/la polygame ne pouvant pas être avec tous ces partenaires en même temps, certains se sentent moins favorisés que les autres et de ce fait vont voir ailleurs. C’est ainsi que si par malheur, il/elle contracte le virus, celui-ci se répand aussitôt comme une poudre au sein de la concession.
– Les conflits entre les différents partenaires qui en résultent peuvent nettement bouleverser l’équilibre familial, les 1ères victimes étant toujours les enfants qui seront affectés d’une façon ou d’une autre par le désordre qui va régner dans leur foyer
– Dans la plupart des cas remarqués, le/la polygame ne peut pas se permettre de totalement subvenir aux besoins fondamentaux de tous ses enfants, ce qui fait que la société va compter encore plus de cas de non-instruits, enfants qui vivent dans la rue, etc… ce qui à long terme affecte la société d’un point de vue économique, social et politique
Cela dit certaines femmes affirment que la polygamie est une bonne chose dans la mesure où elle donne beaucoup plus de chances aux filles de se trouver un mari et de ce pas éviter quelques pratiques que la société condamne comme la prostitution, ou d’autres actes qui sont souvent poussés par le désespoir de ne jamais se trouver un conjoint.
D’autres femmes affirment que la polygamie leur permet de pleinement satisfaire leur mari, et qu’à chaque moment que celui-ci en éprouve le besoin, ses pulsions/envies sexuelles seront répondues par l’une ou l’autre sinon toutes, comme quoi « l’Union fait la force ».
Soulignons que ces propos sont, pour la plupart, tenues par les femmes musulmanes pour qui la polygamie leur est imposée par la loi, qu’elles n’oseraient pour rien au monde défier, même si l’envie ne manque pour la majorité.

En tant que chrétien(ne), la polygamie est une mauvaise chose et condamnée par la loi chrétienne puisque elle encourage l’adultère car celui qui a 3 en veut toujours plus. Sans oublier, qu’elle engendre la colère, la jalousie, l’animosité, pour ne citer que ceux là ; entre les femmes qui cohabitent.
Notons qu’en parlant de polygamie, on fait référence beaucoup plus à la polygynie puisque elle est la plus répandue dans nos sociétés, la polyandrie n’étant rencontré que dans quelques pays asiatiques.

________________________

 

Publicités




LE TEXTE DE LA SEMAINE

19 08 2008

Eurydiane BUKURU crepu1.JPG

( in lecon 7, le cheveu crépu, depuis quand jusqu’a quand?)

La diversité a toujours cohabité avec l’humanité.
Cheveu bouclé, lisse, frisé et crépu, toutes ses variantes existent dans la nature.

Le cheveu crépu existe depuis l’humanité et mourra probablement avec elle. Que ce cheveu soit maltraité par le défrisage, étouffé par des tissages ou simplement mal perçu. Ça n’empêchera pas que la repousse soit crépue. On a beau cacher le naturel il revient au galop.

Certaines personnes naissent avec le cheveu crépu comme moi. A mon avis le problème ne réside pas dans ce que l’on en fait mais plutôt dans la prise de conscience du pourquoi on désire le modifier.

Est- ce une question de mode où technologie se mêle à l’esthétique en proposant un modèle standard de beauté, Où tout le monde tend à vouloir être dans la norme sans se demander qui nous sommes réellement. Le modèle par excellence étant l’occidental type c’est-à-dire : un mètre quatre vingt, mince, cheveu lisse et peau claire.

Ou simplement est ce par facilité quotidienne, par paresse que nous changeons ce cheveu crépu pour le rendre domptable et discipliné car il a la réputation d’être coriace.

D’autres pensent que c’est un complexe d’infériorité qui s’exprime, que les crépus n’aiment pas leurs cheveux parce qu’ils leur rappellent qu’ils sont noirs ainsi que toute la charge négative. Tous ces facteurs peuvent expliquer de manière concomitant la cause de cette modification du cheveu crépu.

Pour ma part, le cheveu crépu représente une partie de mon identité au même titre que les formes généreuses et la peau noire. Apres mur réflexion, je désir intégrer mon cheveu crépu tel quel à mon image parce qu’il permet de m’affirmer et reconnaître comme africaine. Suite aux manipulations et modifications que j’ai fait subir à mes cheveux afin de les avoir lisses. Je me suis aperçue qu’au final je ne gagnais ni en facilité, ni même en esthétique.
Le naturel est ma solution.





Le Texte de la semaine

9 08 2008

LE CHEVEU CREPU, DEPUIS QUAND JUSQU’A QUAND

( in Leçon 7 : Le cheveu crépu, depuis quand jusqu’à quand ?)

Rabia Mint LEHRAITANY

La terre se divise en cinq continents. Cinq continents peuplés d’hommes différents de par leur culture, leurs valeurs, leurs traits physiques notamment par le trait physique se rapportant à la texture de la chevelure. Chaque continent à une ou des textures de chevelure différentes. La chevelure crépue est celle qui se rapporte au continent d’Afrique noire.
Bien que d’autres textures existent sur ce continent, c’est néanmoins la chevelure crépu qui domine et qui est l’une des caractéristiques du trait physique de l’homme noir d’Afrique en particulier.
Je dis en particulier car on ne peut pas généraliser ce trait physique comme caractéristique de l’homme noire en général.
En effet dans certains pays appartenant à d’autres continents en Inde ou en Arabie par exemple, un bon nombre de peuples sont noire sans pour autant avoir ce trait caractéristique du noir d’Afrique qui est la chevelure crépue.

Aujourd’hui pourtant ce trait physique caractéristique de l’homme noir d’Afrique a subi une transformation notamment par le défrisage qui fait passer cette chevelure de l’état crépu à l’état lisse se rapportant plutôt à la chevelure de l’homme blanc.
De par cette observation, plusieurs questions viennent à se poser:

¨ est-ce que par l’acte du défrisage l’homme noir chercherait-il à ressembler à l’homme blanc?
¨ ou alors, l’homme noir utiliserait-il le défrisage comme un soin de beauté parmi d’autre?
¨ ou encore, l’acte de défrisage par l’homme noir ne pourrait pas tout simplement être assimilé à un phénomène de mode?

Tout d’abord il est possible que par l’acte de défrisage, l’homme noir chercherait à fuir son identité dans la volonté de ressembler ou de s’approcher de l’identité de l’homme blanc.
C’est donc le reflet du complexe d’infériorité qui pourrait être la cause de l’acte.
Un complexe d’infériorité du a l’histoire de l’homme noir (d’Afrique) a partir de l’esclavage qui plus tard ferait place a la colonisation de sorte qu’exposer a une histoire ou il se retrouve le faible, le dominer, l’inférieur, il est peu fier de lui et chercherait a ressembler a ceux
(Hommes blanc) qui ont été aussi fort pour le dominer.
Peu fière de son peuple et se limitant a cette partie de son histoire ou il était déchu de la personnalité, il chercherait donc a adhérer au camp des plus fort en essayant de leurs ressembler, en adoptant leur culture jusqu’a les approcher dans leur traits physique notamment par le lissage du cheveu.

Ensuite, on peut constater que le défrisage est un produit qui a beaucoup évoluer, qui a été rénovée et qui est devenue beaucoup plus facile a utiliser qu’il ne l’était il y’a quelques années.
Aujourd’hui il n’est plus vu comme un produit chimique très dangereux duquel il faut beaucoup se méfier.
Du produit chimique dangereux, il est passé à une sorte de soin de beauté vendu avec des accessoires permettant de ne plus trop se soucier de son cote néfaste.
D’ailleurs même le grand groupe L’Oréal vient de mettre sur le marcher une large gamme de défrisages.
Dans cette évolution du défrisage on pourrait se demander si l’homme noire ne l’utiliserait peut être pas dans un but « de se faciliter la vie ».
En effet, il ne faut pas forcement avoir la chevelure crépue pour savoir que c’est une chevelure difficile a peigner et coiffer.
Dans cette optique, l’homme noir opterait sûrement pour le défrisage par faciliter. Il l’utiliserait donc comme un soin de beauté.

Enfin, aujourd’hui nous voyons un peut partout dans le monde des peuples non africain (noir) opter pour les coiffures spécifiques à l’Africain noir.
On peut aussi observer le phénomène de bancs solaire très utiliser depuis un bon moment et qui permet un bronzage de la peau blanche qui rapproche celle-ci du teint spécifique a l’africain.
Tout ces caractéristiques de l’homme noir adopter par l’homme blanc se rapporte a un phénomène de mode.
D’où le défrisage adopter par l’Africain pourrait aussi bien être assimilé à ce même phénomène.